L’ADAN – Le premier syndicat pour les acteurs de la crypto-nation France ?

association développement actif numérique

Les professionnels du secteur crypto et blockchain annoncent la création de la première Association pour le Développement des Actifs Numériques (ADAN). Celle-ci défend et fédère les plus grands projets et crypto-entreprises de France.

L’année 2020 s’annonce extrêmement riche pour la crypto-sphère, entre la gestion du cas Libra, les expérimentations de stablecoins publics et privés (ex : Ozalentour.com) et l’émergence de la finance décentralisée. Pour défendre au mieux les intérêts des entreprises françaises inscrites dans ce mouvement, une nouvelle structure voit le jour avec l’Association pour le développement des actifs numériques (Adan). Celle-ci a été constituée fin 2018 et se lance officiellement mardi 14 janvier. Elle “écrase” deux structures existantes qui naviguaient indépendamment ces dernières années : Chaintech et FD2A (ex-Association française pour la gestion des cybermonnaies). Le nouvelle organisation est présidée par Simon Polrot.

“Ces trois dernières années, les associations existantes ont accompli un impressionnant travail de vulgarisation et elles ont ouvert un dialogue fructueux avec les institutions françaises. Leur travail exceptionnel a abouti à des initiatives au plus haut niveau de l’État, qui ont permis la création d’un cadre juridique, comptable et fiscal adapté à ces nouveaux actifs. Je salue tous les acteurs ayant contribué à cette première clarification légale, l’une des plus favorables du monde. Avec l’Adan, nous allons poursuivre, professionnaliser ces efforts et les porter en France, bien sûr, mais aussi au niveau européen”, déclare-t-il.

Seules les entreprises peuvent adhérer à l’Adan. Les membres fondateurs représentent la crème du tissu français, dont ARK Ecosystem, Blockchain Partner, Coinhouse, ConsenSys France, iExec, Kaiko, Ledger, LGO, Nomadic Labs ou Woorton. Au sein de l’association, elles fédéreront les membres de cette industrie pour coordonner leurs actions, mais surtout tenteront de promouvoir l’usage des actifs numériques et les intérêts du secteur, que ce soit auprès des pouvoirs publics, des autres milieux professionnels et de la société civile dans son ensemble.

Les premiers défis de l’Adan seront de contribuer à la mise en place concrète de l’encadrement des prestataires de services sur actifs numériques de la loi Pacte, puis ouvrir un dialogue avec les acteurs bancaires sur les blocages rencontrés et les réponses et solutions que peut apporter l’industrie notamment en matière de bonnes pratiques des acteurs. Il s’agira ensuite de rouvrir le dossier de la fiscalité et proposer des simplifications et/ou des améliorations au régime existant. Enfin, l’Adan fera remonter les problématiques concrètes des sociétés de l’écosystème en matière de financement public et privé et les mesures d’accompagnement qui pourraient être mises en oeuvre pour favoriser le développement d’une industrie d’ampleur internationale.

Source : Capital Zeyo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *